Témoignages – Coups de Cœur

Vers l’infinie et l’au-delà…

Témoignages

Nous avons pris rendez-vous avec Tanguy pour notre fils de 10 ans qui est très cérébral et hypersensible, il avait du mal à concilier le corps et l’esprit. Il faisait passer les autres avant lui sans prendre conscience de son moi intérieur. Au fur et à mesure des séances, notre enfant est ressorti apaisé, plus serein et avec plus de confiance en lui. Aujourd’hui, il a retrouvé le sourire, la joie de vivre, une certaine confiance en lui et sait mieux s’écouter pour se préserver des autres… Nous remercions Tanguy de nous avoir accompagné et intégré tous les 3 par le biais de sa thérapie de façon respectueuse, chaleureuse et humaine. C’est sans hésitation que nous le recommandons et que nous retournerons le voir pour l’un de nous.

Laëtitia & Bertrand

Je suis arrivé mentalement plutôt avec une baisse de régime….. suite à des douleurs chroniques dans les bras, les épaules et les cervicales . Physiquement j’avais l’impression d’être en forme, mais les douleurs omniprésentes m’empêchaient de profiter de cette forme physique. J’avais besoin de trouver une solution à mes douleurs. L’ostéo que je voyais , m’ayant clairement signifié qu’il ne pouvait plus grand chose pour moi.
J’ai beaucoup apprécié la disponibilité d’écoute de Tanguy son approche calme et posé.
L’ambiance détente et relaxation qu’il à su mettre en place . J’ai aimé les instants de relaxation intense et la dissipation progressive de mes douleurs.

Thierry, 45 ans

Avant les séances de massage, j’étais stressée pour rien par rapport à l’année dernière. Puis les séances m’ont aidé à me détendre. Pendant les séances, j’étais détendu donc je m’endormais. Les massages m’aidaient le soir à bien m’endormir.
A la séance dernière quand vous me souteniez les bras et mes jambes, c’était comme si mes bras et mes jambes volaient.
Je n’ai plus besoin de continuer les séances parce que je me sens bien.

Lou, 12 ans

Articles / Citations

Josée voit double

Josée vient voir un thérapeute biodynamique parce qu’elle se sent devenir folle. Elle a de la tachycardie, une angoisse terrible au plexus et à la gorge, son regard commence à se dédoubler et elle sent comme si le sommet de son crâne voulait éclater. Elle explique qu’elle suit un traitement qui consiste à rouler son dos sur des balles de tennis car elle a mal dans la région lombaire.
En psychologie biodynamique on considère le carré des lombes (muscles de la région lombaire) comme un des grands verrous du corps, qui retient la montée de l’énergie conflictuelle. Ce verrouillage, choisi par l’organisme de Josée, ayant entraîné une douleur du bas du dos, le traitement symptomatique a voulu travailler directement sur la partie bloquée. Mais c’est aller contre l’adaptation défensive du corps, sans proposer d’alternative pour gérer l’énergie instinctuelle.
L’énergie libérée, qui était refoulée car vécue comme dangereuse et perturbatrice pour l’environnement, ne peut toujours pas être exprimée. Elle monte alors dans l’organisme sans autre issue que le centre du corps. Elle sature alors le plexus (angoisse), le cœur (tachycardie), pousse à la gorge (angoisse), tape dans les yeux (dédoublement de la vue) et bute au sommet de la tête (sensation de crâne éclaté).

Aller contre le blocage du corps sans avoir permis à Josée d’apprivoiser son «énergie tripale » l’a mise en grande difficulté.

Un travail régulier d’ouverture des grands dorsaux, ces muscles qui relient les lombaires au bras a diminué très vite les symptômes. Cela court-circuite la partie thoracique, en ouvrant une voie dérivée qui ne surcharge pas le cœur. Puis, dans les mois qui ont suivi, Josée s’est mise à peindre, exprimant ainsi son monde intérieur. Les symptômes de Josée, déclenchés par le traitement avec les balles de tennis dans son dos, montre combien le travail sur un matériel non mûr peut déstabiliser une personne.

Extrait du livre « La psychologie biodynamique. Une thérapie qui donne la parole à son corps ». Par François Lewin et Miriam Gablier.  Le courrier du livre.


A propos de et surtout la santé.

Cet épisode est une pépite. François Lewin est directeur et co-fondateur de l’école de psychologie biodynamique Française, depuis 1987.
C’est donc grâce à de très nombreuses années de pratique et d’enseignement, que François nous partage aujourd’hui dans ce podcast, des idées clefs, en lien avec sa discipline.
Personnellement, le courant biodynamique, que ce soit en psychologie ou en ostéopathie, m’a énormément fait avancer ces dernières années, en tant qu’homme, et donc (évidemment) en tant de thérapeute.
Encore beaucoup de gratitude donc, derrière cet épisode. Ils ne seront pas tous d’une telle richesse, mais quand c’est la cas, on le souligne et on apprécie.
Merci à vous pour votre soutien et à très bientôt,
Etienne

 » Au moindre stress, l’activation du système nerveux sympathique provoque la contraction de certains muscles. La perception de l’émotion s’en trouve amortie et, au niveau cérébral, la prise de conscience du sentiment désagréable est atténuée, voire supprimée. Ainsi, la tension musculaire permet une véritable déconnexion de soi-même, une sorte d’anesthésie émotionnelle.  »

Thierry Janssen, La solution intérieure

« Par son attention à la vie interne, sensitive, la psychologie biodynamique permet de se reconnecter à la joie et à la puissance vivante qui est au fond de chacun de nous »

François Lewin (directeur de l’École de Psychologie Biodynamique)

« Chaque individu porte en soi une vérité et c’est à cette vérité qu’il doit s’unir, c’est cette vérité qu’il doit vivre »

La Mère

« L’unité intérieur psychosomatique génère une santé et une conduite différente. Elle crée une perception unifiée de soi-même et du monde. Cette perception unifiée, harmonieuse, équilibrée et une manière de penser non violente sont la source de nouveau paradigme de la conscience universelle avec la vision de l’être humain et de la planète.
C’est la révolution culturelle la plus importante de notre époque. Et c’est seulement à partir de ce paradigme qu’on peut s’attendre à transformer radicalement notre manière de vivre et de penser le monde. »

Pr Montecucco, in Ervin Làszlò, What is reality?, juin 2016, p.122

Dans ce monde chaotique, harcelant, où il faut devenir, agir, faire face, nous avons besoin d’être.

Sans cet être notre devenir s’éparpille dans la cohue.

SATPREM